Skoda
Actualites

08/03/2015
Dumoulin, le guerrier de Livron
Tout le monde attendait Romain Bardet, vainqueur sortant de la Drôme Classic et sixième du dernier Tour de France. AG2R La Mondiale était très sollicitée au départ de la course. Mais Romain Bardet a su montrer qu’il était, non seulement un jeune leader d’exception, mais aussi un équipier modèle, sachant se sacrifier pour son équipe. Les quelques centaines de milliers de (télé)spectateurs ont vibré dans la dernière heure de course, sacrant le retour de Samuel Dumoulin, après plus d’un an sans victoire.

Des conditions de course difficiles

Encore une fois, les 20 équipes professionnelles composées de beaucoup de coureurs de classe mondiale, ont répondu présent à ce nouveau rendez-vous. Il faut dire que tout y est pour un très beau spectacle : un parcours semé d’embuches et de paysages sublimes, un plateau mondial de coureurs prêts à en découdre et des moyens techniques de qualité avec une retransmission télévisée en direct. C’est dans ce décor que quatre hommes profitent de la fraicheur du matin pour s’enfuir dès le départ réel. Parmi eux, le troisième Drômois d’AG2R La Mondiale (Domont, après l’échappée comptant Latour et Bonnafond la veille à Ruoms), accompagné de Lindeman (Lotto NL Jumbo), Summerhill (Unitedhealthcare) et Tarride (Marseille 13 KTM) comptent jusqu’à six minutes d’avance sur le peloton. Les côtes usantes et les conditions météorologiques (pluie et froid) font abandonner beaucoup de coureurs, dont Péraud (AG2R La Mondiale) et Dennis (BMC), tandis que le peloton se retrouve désorganisé à maintes reprises.

Un peloton secoué par les attaques et les côtes

Cependant, les écarts diminuent et à l’entame de la boucle sud du parcours, les Orica Green-Edge prennent la course en main pour revenir sur les fuyards, après le travail effectué par les FDJ et Trek. A partir du col de la Grande Limite, des nombreuses attaques secouent le peloton, à l’image de celle de Gastauer (AG2R La Mondiale) en compagnie de Pacher (Armée de Terre) et Chetout (Cofidis). L’Armée de Terre a été offensive tout le long du week-end, montrant qu’elle a sa place dans le peloton professionnel. La côte des Roberts et la dernière ascension de la côte d’Allex ont marqué, comme la veille, l’envie des cadors du peloton de s’imposer. Ainsi, Gautier (Europcar), Dumoulin et Bardet (AG2R La Mondiale), Mollema et Felline (Trek) ou encore Guyot (Armée de Terre), Hivert (Bretagne-Séché), Impey (Orica-GreenEdge) et Delfosse (Wallonie-Bruxelles) se retrouvent en tête à moins de dix kilomètres du but, en deux groupes pointés à dix secondes l’un de l’autre.

Mais l’ultime côte de la journée, celle du Haut Livron, placée à moins de deux kilomètres de l’arrivée, permet à Dumoulin de prendre la tête, grâce au travail effectué par Bardet, et de filer vers la victoire. Felline termine une nouvelle fois sur le podium, à la deuxième place. Delfosse, voulant prendre sa revanche sur 2014, finit troisième de cette course haletante du début à la fin. Les images de la course, reprises dans les quatre coins du monde comme en Amérique du Sud, ont véritablement mis en valeur la Drôme et l’Ardèche sur les deux jours de courses.
Télécharger la gazette des boucles